Paramédical


Que cela soit pour les métiers d'infirmier, aide-soignant, ou masseur-kinésithérapeute, sachez que ce ne sont pas des métiers synonyme de chômage. En effet, plus de 400 000 infirmiers, principalement des femmes, travaillent dans le paramédical. 80% sont salariés d'un hôpital public ou privé. C'est dans les établissements de soins, que la demande est la plus imporante. 20 000 postes seraient à pourvoir. La pénurie est telle que les hôpitaux recrutent hors de France.

 

Même constat du côté des aides-soignants. Ils sont 330 000 en exercice actuellement, dont 97% de femmes. Tout comme les infirmiers ils constituent le "gros" des embauches dans le secteur paramédical.

 

Viennent ensuite les masseurs-kinésithérapeutes, au nombre de 50 000 aujourd'hui, en cabinet ou hôpital. Ils sont en sureffectif principalement en région parisienne. Mais de nombreux postes sont à pourvoir dans la nord en dehors des grosses artères parisiennnes.

 

Du coté des soins et de la rééducation, les puéricultrices et auxiliaire de puericulture sont très demandées notamment au sein des hôpitaux et des crèches. Pas étonnant, vu le nombre de naissance par an qui avoisine les 800 000.

 

Par ailleurs,  des psychomotriciens sont réclamés en Alsace-Lorraine et dans le Centre, en particulier dans le secteur gériatrique et la périnatalité. Les orthophonistes ont de l'avenir auprès des enfants. Les orthoptistes (ou rééducateurs de la vue) aussi, surtout auprès des mordus de jeux vidéos, d'ordinateur et de télé. Le meilleur débouché pour un pédicure-podologue est de s'installer en libéral. Les ergothérapeutes sont recherchés dans les hôpitaux, les centres pour les personnes handicapées et les maisons de retraite. Les diététiciens, dans la restauration collective et l'industrie agroalimentaire.