Témoignage d'un étudiant de BTS Commerce international aux Cours Diderot en stage en Nouvelle-Zélande



Temoignage-dun-etudiant-de-bts-commerce-international-aux-cours-diderot-en-stage-en-nouvelle-zelande

Nous gardons toujours à l’esprit ces mots de notre fondateur Aldrick Allal : « il n’est pas de plus bel avenir que celui qui naît au cœur d’une jeunesse enthousiaste et volontaire [...] nous éprouvons le désir et la satisfaction de voir chacun de nos étudiants prendre son destin à bras-le-corps et se forger sa propre identité ».

Ce courriel de Jason H., alors étudiant en première année de BTS Commerce international aux Cours Diderot, nous semble particulièrement révélateur de ce que nous apportons à chacun.


« Étudiant en BTS Commerce international aux Cours Diderot, je suis vraiment heureux d'avoir été capable de trouver ce stage long en Nouvelle-Zélande, qui plus est dans le secteur de la moto (je tiens d’ailleurs à remercier l’équipe pédagogique comme le staff administratif pour leurs précieux conseils) !


En ce qui concerne les missions qui me sont confiées, les choses viennent d'évoluer.

Jusqu'à présent je touchais un peu à tout entre le bureau et l'entrepôt. Au bureau, il m'arrivait fréquemment de passer la journée avec l'équipe de vente, à répondre aux questions des consommateurs par téléphone, prendre leurs commandes etc. Certes, pas de commerce international direct, mais plutôt des acquisitions de connaissances pratiques sur le comportement à adopter en fonction de la typologie de client (en anglais, naturellement). Cela, à terme, me servira indéniablement dans ma carrière internationale. D’un autre côté, il n'était pas rare que, le jour suivant, je me retrouve dans l'entrepôt avec les warehouse guys, à repenser l'espace de stockage, gérer une partie des stocks et la logistique d’approvisionnement ou de livraison...


Ces expériences diverses m'ont fait prendre conscience de la façon dont s'articule une entreprise faisant du commerce international. Je suis même devenu un expert de la conduite à gauche, ai appris à conduire un van, ainsi que des remorques ! Rien que ça !


Cependant, depuis la semaine dernière j'ai demandé à passer à la vitesse supérieure: le CI pur et dur. Au vu de mes bonnes prestations, la direction a accepté volontiers. J'ai donc maintenant mon propre bureau,  et je travaille en étroite collaboration avec le manager produit, concernant le sourcing international. Ce dernier m'a donné carte blanche pour organiser l'approvisionnement d'un produit novateur made in france, venu de Nice. Je suis libre de négocier avec le fournisseur, c'est dire si l'on me fait confiance ! par exemple, à réception du devis, j'ai tenu à modifier certains points, comme l'incoterm (grâce à mes connaissances acquises en cours de CI), l'instrument et le mode de paiement. Le manager produit est ravi, car j'ai réussi à sensiblement améliorer nos intérêts dans ce contrat.


Je suis également chargé de promouvoir notre activité de location de moto auprès de la clientèle internationale. Je travaille donc avec un autre manager, qui dirige cette activité. Il me reste encore un mois a passer parmis les Kiwis avant le retour en France, et tout se passe donc à merveille : j’ai même été qualifié de most Kiwi Frenchman we have ever met par un collègue. Cette remarque m'a particulièrement touché car elle illustre combien je suis intégré à l'équipe.


Pour ce qui concerne le stage U62 de 2e année et même une potentielle embauche un peu plus tard,  je ne me fais pas trop de souci, au vu des multiples relations de la direction de mon entreprise actuelle avec des partenaires français.

 

Merci beaucoup à tous de m’avoir permis de vivre une expérience si épanouissante ! ».